Démarrer son activité

Les premiers jours d'un repreneur

Vous venez de signer l'acte d'acquisition de votre entreprise, c'est une grande étape franchie, mais en vérité c'est surtout le point de départ d'une nouvelle vie pleine de rebondissements, de doutes, de tâtonnements et d'incertitudes. La tâche vous paraitra peut-être insurmontable, passés la folie et le stress des démarches et des négociations. La réussite réside en fait dans la psychologie, la communication et les qualités humaines.

WP-TA-76-DT-RE-H1

MeetPRO

Votre activité va démarrer, place aux rapports humains !

Appuyez-vous sur vos proches

Vous savez déjà que vous allez allonger vos journées et vivre un rythme soutenu pendant plusieurs mois. Votre famille doivent en être conscients et vous soutenir. La solitude du chef d’entreprise est un sentiment fréquent tant les tâches sont nombreuses et ardues. C’est un passage obligatoire d’au moins trois à six mois, et votre cercle familial et amical doit répondre présent.

Faites-vous aider et conseiller

De nombreux organismes existent pour accompagner les repreneurs : institutions, CCI, Chambres de métiers, associations, Chambres syndicales, fédérations professionnelles, diplômés de grandes écoles, clubs d’entrepreneurs, réseaux « Entreprendre »… sont autant de pistes à creuser et à ne pas négliger. Dans chaque département, les structures d’accompagnement sont variées, généralement efficaces et proches du terrain.

La bonne solution : l’accompagnement par le cédant

C’est bien entendu celui qui connait le mieux la situation dont vous « héritez ». Il connait parfaitement le contexte interne et externe de votre nouvelle entreprise, les salariés, les fournisseurs, les clients. Il s’agit donc d’une solution rassurante pour tous, très courante et qui peut faire partie en amont de vos négociations. Un contrat est évidemment à conclure entre vous pour préciser les conditions. La durée de l’accompagnement de votre prédécesseur, ses horaires et jours de présence à vos côtés. Mais aussi,  ses missions, sa rémunération éventuelle et les moyens que vous mettez à sa disposition (voiture, ordinateur). C’est une phase de transition qui peut être comprise entre 1 et 12 mois, et au cours de laquelle vous devrez néanmoins montrer que c’est vous le patron, avec délicatesse mais fermeté. Quant au cédant, il doit savoir être discret et s’effacer quand c’est nécessaire, surtout dans vos rapports avec le personnel.

On doit constater que vous êtes désormais le dirigeant

Même si vous vous appuyez sur l’expérience et les conseils de celui ou celle qui vous a précédé dans ce fauteuil, vous ne devrez pas tarder à prendre des décisions et il faut que cela se sache. Vos salariés attendent vos premières mesures. Si vous ne touchez à rien dans l’organisation interne, vous ne serez pas reconnu comme leur  meneur ; si vous vous livrez à un chamboule-tout brutal, vous risquez de générer inquiétude et démoralisation du personnel… La voie est étroite et tout est dans les symboles : votre apparence, vos horaires, votre type de voiture, votre emplacement de parking et surtout le temps que vous consacrerez à chacun, pour écouter et rassurer…

Rencontrez tous vos employés

Faites le tour de tous les bureaux, services, entrepôts, le personnel doit vous identifier et  pouvoir vous parler. Montrez-vous à l’écoute mais avec prudence, pas de promesse hasardeuse. Retenez les noms et les visages ainsi que la fonction de chacun, identifiez ceux qui comptent. Commencez par rencontrer individuellement vos proches collaborateurs puis élargissez le cercle, si possible à travers des contacts en tête à tête et en donnant priorité aux représentants syndicaux et délégués du personnel. Soyez prudent si vous modifiez l’organigramme. Vous êtes scruté, n’hésitez pas à communiquer pour expliquer votre stratégie et éviter ainsi la désinformation  et les « on-dit ».

En mêlant tact et intelligence, en donnant des repères, en disant clairement les choses, mais sans brutalité, la transmission se fera en douceur dans l’intérêt de tout le monde.

 

Reprendre une entreprise

Et après ?

Vous êtes entré dans votre nouvelle vie et venez de prendre contact avec votre entreprise avec sérieux et diplomatie. Vous avez fait la connaissance de l’ensemble du personnel, car vous savez que c’est la première impression qui compte. C’est de votre capacité à vous intégrer sans brusquerie et à prendre les commandes sans précipitation, que vont dépendre votre future réussite et une transition équilibrée.

Mais vous devrez mener de front des démarches réglementaires et le passage de flambeau au sein de la société…

Voici donc une liste -non exhaustive- des premières choses à faire dès votre arrivée.

L’aspect règlementaire et comptable

  • Mettez-vous en règle avec le CFE (Centre de Formalités des Entrepreneurs), c’est l’interface obligatoire entre les entreprises et les administrations pour se mettre parfaitement au carré lors d’une création ou d’une reprise et tout au long de la vie de votre société.
  • Si votre activité est réglementée (immobilier, voyages, auto-écoles, architecture etc.), n’oubliez pas que des démarches spécifiques s’imposent.
  • Penchez-vous rapidement sur la gestion comptable, votre nouvelle entreprise dispose-t-elle des services d’un expert-comptable ou fait-elle appel à un organisme de gestion externe ? Dans les deux cas, ce sont des conseils indispensables en matière de fiscalité et de gestion des ressources humaines. Comme avocats et notaires, l’expert-comptable est l’homme-clef dans la reprise d’une entreprise.

Rencontrer vos futurs interlocuteurs

  • Allez voir vos principaux clients -si possible avec votre prédécesseur- et questionnez-les sur leur ressenti par rapport à vos produits et/ou prestations, prenez acte des critiques, rassurez-les sur vos objectifs et votre volonté de baser vos relations sur la qualité et le dialogue.
  • Même démarche auprès de vos fournisseurs et/ou sous-traitants, à vous d’apprécier leur aptitude à répondre à vos besoins, à développer de nouveaux produits et à poursuivre une relation de confiance indispensable.
  • Rencontrez vos partenaires financiers, expliquez le projet de l’entreprise, votre business plan, sollicitez de futurs soutiens. Ouvrez un nouveau compte bancaire si nécessaire. Demandez au cédant de vous présenter aux assureurs, c’est le moment de vérifier que tout est en ordre dans ce domaine.
  • Faites le tour de votre profession, syndicats professionnels, Chambres consulaires, représentants du Conseil régional, de la Métropole ou Agglomération, député, sous-préfet et maire. C’est dans les usages de vous présenter à eux, ils y seront sensibles et vous ferez ainsi partie du « réseau », utile en cas de difficultés.

 Faites-le point

  • Plongez-vous dans le détail de vos produits ou services, validez ou modifiez les catalogues, pensez d’ores et déjà aux nouveautés à mettre en place.
  • Essayez d’améliorer l’organisation générale de la société et de ses procédures, vous avez un regard neuf et en vous appuyant sur votre ou vos équipes, il faut commencer à réfléchir aux aménagements possibles en termes de circuits de distribution, de communication, d’environnement, de satisfaction des clients ou usagers etc.
  • Pensez tout bêtement à la Poste, s’il y a changement d’adresse ou d’intitulé, faites-vous connaître des responsables locaux qui pourront faciliter vos démarches en matière de courriers ou d’expéditions.
  • Si vous êtes dans l’obligation d’embaucher rapidement des salariés, il y a des domaines incontournables tels que la médecine du travail, les conventions collectives, la retraite complémentaire de ces nouveaux arrivants.

Vous avez à présent toutes les cartes en main pour réussir.