Financer la reprise d’une entreprise

Le financement représente une étape cruciale de la reprise d’entreprise. En fonction de l’établissement que vous souhaitez acquérir, vous aurez plus ou moins de fonds propres à apporter. Ils ne seront peut-être pas suffisants. Les sources de financement sont multiples : entourage personnel, prêts bancaires, subventions etc… Pour trouver d’autres opportunités, vous pourrez consulter les offres d’accompagnement, des experts présents sur la plateforme.

WP-TA-18-DT-RE-H1

MeetPRO

Trouver la bonne entreprise à reprendre n’est pas chose simple ; financer sa reprise l’est parfois encore moins ! Car les banques, très prudentes, demandent des garanties solides. N’oubliez pas que le sérieux de votre étude préalable et de votre business plan vous aidera à convaincre les financeurs potentiels de votre capacité à reprendre une entreprise et à la faire prospérer dans les années suivantes. L’aide d’experts de l’acquisition d’entreprise sera précieuse pour étudier et valider les données que le cédant vous fournira, ainsi que pour évaluer l’établissement. Savoir vous entourer est aussi une preuve de sagesse et de professionnalisme !

Coût d’une reprise d’entreprise : quels éléments prendre en compte ?

Pour financer une reprise d’entreprise, quels que soient sa nature (TPE, PME, ETI, groupe) et son secteur d’activité, il vous faut avoir fait un point très précis de vos besoins. Lorsque vous aurez rencontré le cédant idéal grâce à notre outil de matching et que vous aurez vérifié les informations qu’il vous aura fournies sur son entreprise, il faudra ajouter au prix de cession les frais liés à l’acquisition elle-même ainsi que les futurs investissements nécessaires à court terme. Vous devrez aussi intégrer d’éventuels frais de mise en conformité et tenir compte de vos besoins en fonds de roulement…

Les sources de financement du repreneur

L’apport personnel est indispensable à tout projet de reprise, à condition de ne pas sacrifier tout son patrimoine. L’AFE constate que les banques exigent souvent un minimum de 25 à 30% de capitaux propres, 50% dans certains secteurs et selon le contexte. Vous pouvez dans un premier temps solliciter votre entourage familial et amical pour obtenir des dons, des prêts ou des prises de participation. Renseignez-vous ensuite sur les aides publiques régionales auxquelles vous pouvez prétendre. Enfin vous trouverez parmi nos partenaires des réseaux qui accordent des prêts d’honneur, des regroupements d’investisseurs (business angels), des solutions de crowdfunding, la banque publique d’investissement Bpifrance, des banques privées, etc.